Friedrich-Ebert-Stiftung
Bureau Cameroun
BP 11 939, Yaoundé
Boulevard de Russie
Yaoundé-Bastos

Phone:
+237 22 21 29 96
+237 22 21 52 92
Fax:
+237 22 21 52 74

E-Mail: gro.nuremak-sef@ofni
www.fes-kamerun.org

Ebert

Fondée en 1925, la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES) est la plus ancienne fondation politique en Allemagne. Perpétuant l’héritage politique de son prête-nom, elle s’engage pour les valeurs fondamentales de la social-démocratie: la liberté, la justice et la solidarité. Ces valeurs la lient en outre aux idéaux de la social-démocratie et des syndicats libres.

La FES œuvre en faveur de la social-démocratie, notamment à travers
-    la formation politique en vue de renforcer la société civile,
-    la consultation dans le domaine politique,
-    la coopération internationale avec des bureaux à l'étranger dans plus de 100 pays,
-    la promotion des bourses,
-    la mémoire collective de la social-démocratie avec des archives et une bibliothèque, entre autres.

Pour plus d’information, vous reportez à :

FES Info flyer

FES Africa Department flyer

FES page d'acceuil

FES Africa Department

Friedrich Ebert est président de la République de Weimar entre 1919 et 1925. Il s’attache à ancrer la démocratie parlementaire, se veut le président de tous les Allemands et mène une politique basée sur l’égalité sociale.

Né le 4 févier 1871, ce fils de tailleur d’Heidelberg suit des études élémentaires puis devient apprenti bourrelier. Durant son année de compagnonnage en 1899, il entre au SPD et milite dans l’organisation syndicale des bourreliers. Il s’installe en 1891 à Brême, où il pratique d’abord son métier avant de devenir hôtelier. En 1893, il est embauché comme rédacteur au quotidien « Bremer Bürger-Zeitung », l’organe local du SPD. À peine un an plus tard, il est élu secrétaire du parti. De surcroît, il assume la présidence du syndicat des bourreliers brêmois et il est investi d’un mandat au parlement du Land.

 

En 1905, Friedrich Ebert déménage pour Berlin où il est élu à la direction nationale du SPD. Âgé de 34 ans, il en est le plus jeune membre et est chargé des questions organisationnelles. En 1912, Ebert entre au Reichstag. Le SPD fête alors son plus grand succès électoral et devient le plus gros groupe parlementaire. Durant la première guerre mondiale, Ebert, président du SPD depuis 1913, tente en vain de maintenir la cohésion de son parti, alors que l’octroi de crédits de guerre provoque des dissensions importantes avec les ailes radicales.

 

Après l’abolition de la monarchie, Ebert assume brièvement la fonction de Chancelier impérial durant la révolution de Novembre 1918. Il parvient à faire obstacle à la mise en place d’un système de Conseil sur le modèle soviétique et impose l’élection d’une assemblée nationale démocratique. Il se prononce ainsi clairement pour le parlementarisme – et ce en dépit de résistances internes au sein du SPD – et permet que s’instaure un ordre social pluraliste et libéral.

 

Président de la République, Friedrich Ebert doit affronter un certain nombre de crises à partir de 1919. Des coalitions gouvernementales éclatent, la situation économique est tendue et des meurtres politiques empoisonnent l’atmosphère. Afin de protéger la constitution parlementaire de l’État, Ebert prend également des décisions impopulaires et est même la cible d’une campagne de calomnie. Son intime conviction est que « la démocratie a besoin de démocrates ».

 

La fondation Friedrich Ebert est créée en 1925 après la disparition précoce d’Ebert et perpétue jusqu’à aujourd’hui son héritage politique.