Friedrich-Ebert-Stiftung
Bureau Cameroun
BP 11 939, Yaoundé
Boulevard de Russie
Yaoundé-Bastos

Phone:
+237 22 21 29 96
+237 22 21 52 92
Fax:
+237 22 21 52 74

E-Mail: gro.nuremak-sef@ofni
www.fes-kamerun.org

Ebert

« Autrefois, il y a de cela environ 300 ans, lorsqu’un bateau accostait, les gens s’enfuyaient ; aujourd’hui, lorsqu’un bateau accoste, les gens accourent vers ce bateau. » Qu’est ce qui s’est passé entre temps, s’est interrogé le Professeur Jean Emmanuel Pondi à l’entame de son intervention, en référence à une citation du Prof. Abwa.
La question sur les flux migratoires a fait l’objet de la session régionale de l’Ecole Citoyenne et Politique de Yaoundé (ECPY), en partenariat avec la Fondation Friedrich Ebert du 3 au 5 octobre 2017. La question centrale était de savoir comment « trouver ici l’ailleurs : développement local et flux migratoires ». Ici, ce sont les migrations clandestines qui étaient au centre des débats et échanges. Au-delà des statistiques et des enjeux politiques et juridiques des migrations, le témoignage sur l’expérience des anciens migrants clandestins revenus au Cameroun a suscité moultes interrogations. Un ancien migrant a fait savoir que pour passer par le Maroc et atteindre l’Espagne, il était obligé de fouiller les poubelles en bordure des routes pour se nourrir.

Une autre ancienne migrante partie au Liban était forcée de travailler 24h/24h et était interdite d’appeler sa famille au pays, alors même qu’elle avait signé un contrat de travail bien rémunéré ici au pays avant de partir, ce qui s’était révélé faux une fois arrivée au Liban. Un troisième migrant parti en Espagne et rapatrié au Maroc avait dû faire le chemin retour au Cameroun à pied et grâce aux automobilistes de bonne volonté qui avaient pitié de lui, car il n’avait plus d’argent pour payer son transport retour. Pour tous ces anciens migrants clandestins, la migration clandestine est synonyme d’humiliation, d’exposition aux agressions de toute sorte, de risque de perdre sa vie, ses économies, ses amis. Pour sensibiliser leurs compatriotes, ces migrants ont décidé de créer des associations contre les migrations clandestines qui sont le plus souvent couronnées d’échec. D’après eux, il faut travailler pour que ce qui est recherché « ailleurs » puisse être trouvé « ici » sur place. Les engagements ont été pris par les uns et les autres pour porter le message contre ce fléau qui prend de plus en plus de l’ampleur.