Friedrich-Ebert-Stiftung
Bureau Cameroun
BP 11 939, Yaoundé
Boulevard de Russie
Yaoundé-Bastos

Phone:
+237 22 21 29 96
+237 22 21 52 92
Fax:
+237 22 21 52 74

E-Mail: gro.nuremak-sef@ofni
www.fes-kamerun.org

Ebert

Cinq élections sont prévues au Cameroun en 2018 parmi lesquels les élections présidentielles, municipales, législatives, sénatoriales, voire régionales. Ces évènements constituent souvent des moments délicats pour les citoyens camerounais en général, et les jeunes en particulier. C’est pour cette raison que la Dynamique Mondiale des Jeunes (DMJ) et le Fondation Friedrich Ebert ont organisé un séminaire de sensibilisation à l’endroit des jeunes pour explorer les voies et moyens de prévention des violences en périodes électorales. Les orateurs venant des partis politiques, et des universités ont dénombré un certain type de violences qui ont cours en périodes électorales, à l’instar des violences verbales, psychologiques, symboliques, physiques et structurelles.

 

Les violences verbales ont pour but d’humilier, de dévaloriser voire de déstabiliser un acteur, un adversaire ou un parti politique. Les violences psychologiques cherchent à instaurer chez son adversaire la peur et la crainte. L’auteur de cette violence essaye de manipuler et d’intimider les concurrents. Les violences symboliques cherchent à pousser le peuple à développer le sentiment d’infériorité par rapport aux membres de la classe dirigeante. C’est une façon de soumettre le peuple en lui imposant une façon de comprendre le monde. Les violences physiques affectent l’intégrité physique des individus, à l’exemple d’une militante du SDF enceinte et scrutatrice dans un bureau de vote qui a été victime de deux coups de pied dans le bas ventre et en est décédée au soir des élections présidentielles de 2011 à Bandjoun dans la Région de l’Ouest. Les violences structurelles sont liées aux lois électorales, le découpage des zones électorales, et l’âge de vote. La formation et l’information des militants contribuent à prévenir des violences électorales. Lorsque les jeunes sont éduqués aux idéaux de paix, de tolérance et de sécurisation des résultats des urnes, cela leur évite de céder aux nombreuses provocations de leurs adversaires qui aboutissent le plus souvent aux violences physiques qui peuvent mettre à mal la cohésion sociale.