Friedrich-Ebert-Stiftung
Bureau Cameroun
BP 11 939, Yaoundé
Boulevard de Russie
Yaoundé-Bastos

Phone:
+237 22 21 29 96
+237 22 21 52 92
Fax:
+237 22 21 52 74

E-Mail: gro.nuremak-sef@ofni
www.fes-kamerun.org

fes-start

Du 25 au 26 avril 2017, une trentaine de leaders syndicaux se sont réunis à Yaoundé dans l´optique de créer une synergie et de relancer le plaidoyer pour l’adoption de la loi sur les syndicats au Cameroun. La rencontre s’est tenue dans le cadre du Forum Syndical National. Les syndicalistes veulent une loi conforme aux instruments internationaux ratifiés par le Cameroun, afin de rendre la législation sur les syndicats cohérente. La loi envisagée, a son origine dans le projet de lois validées en mai 2013 par la Commission Nationale Consultative du Travail (CNCT) après un dialogue et une concertation avec les syndicats. Ce projet de loi vient avec plusieurs innovations : l’harmonisation des textes juridiques qui règlent les activités syndicales, la simplification de la création des syndicats, leur dissolution, leur représentativité, leurs modes d’action et leurs démonstrations. Les autres attentes sur cette loi est la protection du droit des actions de grève syndicales, et aussi la fin de la discrimination entre les syndicats du secteur privé et ceux de la fonction publique, entre autres.



Les leaders syndicaux ont fait référence à la loi N°53/90 du 19 décembre 1990 sur la liberté d’association en son article 5 qui a mis les syndicats et les partis politiques au même niveau. Ils ont regretté le fait que le texte sur les partis politiques prévu par le même article de ladite loi avait été adopté la même année, c’est-à-dire en 1990, alors que celui sur les syndicats n’est toujours pas adopté 27 ans après.

C’est pour cette raison que le Forum Syndical National avait pour thème « l’adoption de la loi sur les syndicats : un impératif catégorique ». Condamnant des vides légaux et les processus qui ont bloqué le projet de loi sur les syndicats au Cameroun, ainsi que la non-applicabilité de la loi nationale, les leaders syndicaux ont exprimé leur frustration sur une application inadéquate de la Convention 87 du BIT et d’autres instruments sur la liberté syndicale ratifiés par le Gouvernement. Face à ce défi, les 5 confédérations syndicales présentes à cette assise, ont pris la résolution de mobiliser les travailleurs à mettre de la pression sur le gouvernement, l’assemblée nationale et le corps diplomatique entre mai et juillet 2017 pour que ladite loi soit adoptée, ayant identifié des opportunités pour relancer le plaidoyer : la session parlementaire de juin 2017, et la session du BIT pour la considération de la candidature camerounaise au Conseil qui se tient en juin 2017 à Genève, et lors de laquelle la transmission d´une pétition au BIT est prévue.

Il est à noter que le Forum National Syndical rassemble les leaders syndicaux engagés pour échanger les intérêts communs des mouvements syndicaux en général. Ces intérêts communs font l’objet d’information, de sensibilisation et de plaidoyer lors de la célébration de la Journée Internationale du Travail (le 1er mai).

Le Forum National Syndical est une initiative de la Confédération Syndicale de la Fonction Publique (CSP) au Cameroun. L’édition de 2017 qui a mis l’accent sur la loi sur les syndicats, est la 5ème de la série. Les leaders syndicaux ont aussi saisi l’opportunité pour exhorter les syndicats à adopter des conventions collectives, à bien structurer leurs organisations et à vivre la culture syndicale. L’on a souligné l’importance d’une solidarité syndicale forte pour faire le lobbying. Pour avancer dans cette démarche, les 5 confédérations représentées au Forum ont mandaté la CSP de mettre en place une cour d’arbitrage. Par cette action, leur souhait est de résoudre les différends qui existent entre les 12 confédérations syndicales au Cameroun et les réunir comme une force commune et forte afin de protéger et de défendre les droits des tous les travailleurs au Cameroun.